L'asset manager d'un monde qui change
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - Finance 4 1440x300
  • Home
  • Calme automnal après une actualité riche en événements

Calme automnal après une actualité riche en événements

Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire, Vues et tendances globales

27 septembre 2017
 

les banquiers centraux s’en tiennent aux messages télégraphiés

Veuillez noter que le présent article peut contenir du langage technique. Pour cette raison, il n’est pas conseillé aux lecteurs qui ne disposent pas d’une expérience professionnelle de l’investissement.

SYNTHÈSE

  • Fed, Brexit et réélection d’Angela Merkel : aucune surprise pour les marchés
  • Banque d’Angleterre : un durcissement de ton prudent
  • Bonne performance de notre position longue sur les obligations d’État australiennes à dix ans face aux bons du Trésor américain

 

Au cours de la semaine écoulée, les marchés financiers ont été relativement stables, la virulence du discours géopolitique du président américain Donald Trump, tenu cette fois devant l’assemblée générale des Nations unies, ne les surprenant plus. Les actions japonaises, en hausse de 2 %, ont surperformé les autres marchés boursiers, soutenues par la publication de solides chiffres du commerce extérieur (voir graphiques) et par la confirmation par la Banque du Japon du maintien de sa politique monétaire accommodante. Les obligations d’État ont affiché des performances en demi-teinte, évoluant principalement dans une fourchette étroite. Les taux des emprunts portugais se sont nettement détendus à la suite de la décision de l’agence S&P de relever la note du Portugal. Parmi les matières premières, le minerai de fer a enregistré la plus forte sous-performance de la semaine, avec un cours en repli de 12 % sur fond de préoccupations du marché et de renversement des positions des spéculateurs avant la saison hivernale, généralement marquée par une baisse de la production d’acier.

FED, BREXIT ET RÉELECTION D’ANGELA MERKEL : AUCUNE SURPRISE POUR LES MARCHÉS

Conformément à son message téléphoné aux marchés, la Réserve fédérale (Fed) a annoncé le lancement du processus de réduction de son bilan dans le cadre de la normalisation de sa politique monétaire. Elle cessera progressivement de réinvestir le produit des obligations arrivant à échéance, en réduisant dans un premier temps le montant mensuel de ses réinvestissements de 10 milliards de dollars (6 milliards de dollars pour les bons du Trésor et 4 milliards de dollars pour les titres adossés à des créances hypothécaires). Cette annonce n’a guère eu d’impact sur les prix, les rendements des obligations américaines à dix ans augmentant d’environ 4 points de base sur la semaine. La réduction des avoirs obligataires de la Fed sera graduellement augmentée pour atteindre 50 milliards de dollars par mois. Les conséquences de cette décision (de resserrement monétaire progressif) sont atténuées par le maintien par les autres grandes banques centrales de politiques accommodantes, ce qui devrait contribuer à assurer une forte demande d’emprunts d’État « sûrs » à l’échelle mondiale et plafonner les rendements.

Les responsables de la Fed continuent de prévoir un nouveau relèvement des taux directeurs d’ici à la fin de l’année, suivi de trois hausses en 2018. Ils ont apparemment choisi de ne pas tenir compte du « bruit statistique » passager occasionné par les immenses dégâts des ouragans. Ils ont souligné le rôle des facteurs exceptionnels dans la faiblesse récente des chiffres de l’inflation. Cependant, il est selon nous difficile de prévoir ce que fera la Fed à moyen terme, car le remaniement possible de son comité de politique monétaire (FOMC) pourrait modifier sa politique future. De surcroît, l’évolution du code des impôts aux États-Unis, qui doit être débattue à partir de cette semaine, pourrait avoir un impact notable sur la politique.

Dans son discours très attendu, la Première ministre britannique, Theresa May, s’est déclarée en faveur d’un accord de transition plus en douceur pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) avec un maintien de l’accès au marché unique jusqu’en 2021. Elle n’a pas dévoilé de mesures particulières, ni quantifié le coût du règlement des engagements financiers de son pays auprès de l’UE. Le négociateur en chef de l’UE a reconnu la tonalité plus « constructive » du discours de la Première ministre britannique, mais les opérateurs du marché n’y ont décelé rien de nouveau. Nous serons particulièrement attentifs aux négociations avec l’UE qui reprennent cette semaine.

Les élections en Allemagne ont apporté une nouvelle victoire à la chancelière Angela Merkel, mais l’arrivée en troisième position de l’AfD, parti d’extrême droite, et la décision du parti social-démocrate, le SPD, de sortir de la grande coalition pour devenir le premier parti de l’opposition sont à souligner. La CDU/CSU d’Angela Merkel est désormais confrontée à la perspective de former une coalition avec le parti écologiste et le parti libéral-démocrate (FDP) réputé pro-entreprises mais moins pro-européen.

BANQUE D’ANGLETERRE : UN DURCISSEMENT DE TON PRUDENT

Lors d’un discours devant le Fonds monétaire international (FMI), le gouverneur de la Banque d’Angleterre (BoE), Mark Carney, a confirmé l’intention de la BoE de réduire certaines mesures de soutien monétaire si l’évolution de l’économie britannique se révèle conforme aux attentes, indiquant qu’« une orientation statique de la politique monétaire devient plus expansionniste, toutes choses (étant) égales par ailleurs ». Dans ce contexte, nous anticipons que la banque centrale relèvera ses taux lors de sa prochaine réunion monétaire, en utilisant la fenêtre d’opportunité offerte par la hausse des tensions inflationnistes (que nous jugeons temporaire) et l’amélioration de la croissance.

Mark Carney a tempéré ses propos « hawkish » en indiquant que « le resserrement monétaire serait probablement limité et graduel, avec des taux directeurs portés à des niveaux nettement inférieurs à ceux observés avant la crise ». Il a souligné que « des risques considérables continuent de peser sur les perspectives du Royaume-Uni », du fait du « Brexit », mais est resté confiant à l’égard des perspectives à plus long terme du pays, décrivant le « Brexit »comme un « exemple type de reculer pour mieux sauter ».

Les statistiques macroéconomiques positives ont apparemment conforté les « faucons » du comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre. En particulier, les ventes au détail ont surpris à la hausse. Il conviendra de surveiller les publications statistiques d’ici à la réunion monétaire du 2 novembre. Une mauvaise surprise pourrait en effet infléchir la position de la banque centrale britannique.

ALLOCATION D’ACTIFS : UN POSITIONNEMENT MISANT SUR LA CONVERGENCE DES RENDEMENTS DES OBLIGATIONS AUSTRALIENNES ET AMÉRICAINES

Notre nouvelle position longue sur les obligations d’État australiennes à dix ans face aux bons du Trésor américain (Treasuries) a bénéficié des déclarations du gouverneur de la banque centrale d’Australie, Philip Lowe, selon lesquelles « une remontée des taux d’intérêt mondiaux n’a pas de répercussions automatiques en Australie ». En outre, la baisse des prix du minerai de fer constitue un facteur positif pour les obligations australiennes, qui avaient été impactées par la hausse des cours des matières premières et l’amélioration du contexte macroéconomique. Les Treasuries, dont les rendements sont actuellement faibles, ont bénéficié d’une posture accommodante de la Fed, mais sont plus susceptibles de pâtir à présent de données macroéconomiques positives. Les rendements relativement élevés des obligations australiennes subiraient probablement des pressions à la baisse en cas de mauvaises surprises sur les statistiques. Nous sommes par conséquent positionnés pour tirer parti d’une convergence des rendements obligataires australiens et américains.

 

Sur le même sujet :

BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - Strategie Epargne 1400x300
13 décembre 2017
Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire, Vues et tendances globales
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - AC diversification 1440x300
30 novembre 2017
Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire, Vues et tendances globales
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - PV Diversified Dynamic 1440x300
8 novembre 2017
Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire, Vues et tendances globales