L'asset manager d'un monde qui change
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - AC diversification 1440x300
  • Home
  • Beau fixe pour les actions américaines et japonaises grâce aux espoirs de relance…

Beau fixe pour les actions américaines et japonaises grâce aux espoirs de relance…

Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire, Vues et tendances globales

26 octobre 2017
 

… mais le ciel s’est assombri pour les petites capitalisations américaines

Veuillez noter que le présent article peut contenir du langage technique. Pour cette raison, il n’est pas conseillé aux lecteurs qui ne disposent pas d’une expérience professionnelle de l’investissement.

SYNTHÈSE

  • Élections au Japon : la victoire de la coalition assure la poursuite des « Abenomics »
  • Congrès du Parti communiste chinois : la croissance au centre de l’attention ; les changements de politique devraient intervenir ultérieurement
  • BCE : anticipation d’une nette réduction des achats d’actifs avec cependant une prolongation du programme
  • Allocation d’actifs : prise de bénéfices sur notre position longue sur les petites capitalisations américaines face aux grandes

La semaine dernière, les marchés financiers ont continué d’intégrer les espoirs d’une relance budgétaire aux États-Unis, car le Sénat a adopté une résolution qui ouvre la voie à une réforme de la fiscalité. Dans ce contexte, les indices boursiers américains ont atteint de nouveaux records et les rendements des bons du Trésor américain à dix ans se sont tendus de 11 points de base. Les actions émergentes ont pour leur part accusé un léger repli, traduisant les inquiétudes des investisseurs quant à une remontée des taux obligataires dans les principaux pays développés et le sentiment de nombreux opérateurs que le rebond est allé trop loin. Les actions japonaises, autre classe d’actifs à s’être distinguée, ont rebondi de près de 2 %, les investisseurs commençant à prendre en compte un succès électoral du Premier ministre Abe.

Sur le plan des statistiques, les indicateurs de l’activité économique en Chine au troisième trimestre ont constitué la publication la plus importante. La croissance du PIB, par exemple, est ressortie à un solide niveau de 6,8 % sur un an, soit une performance globalement conforme aux attentes du marché. Les données robustes publiées n’ont cependant pas été suffisantes pour insuffler un nouvel élan aux actifs liés à la Chine, dont les marchés émergents. Le flux de nouvelles émanant du 19e congrès du Parti communiste chinois n’a pas fait réagir les marchés non plus.

ÉLECTIONS AU JAPON : POURSUITE DES « ABENOMICS »

La coalition de Shinzo Abe a remporté une majorité parlementaire très confortable, mais cela ne signifie pas nécessairement que le Premier ministre bénéficie d’une énorme cote de popularité. Selon un sondage réalisé au cours du week-end, 51 % des personnes interrogées ne souhaitent pas que M. Abe soit reconduit à son poste. En dépit du soutien limité dont bénéficie le Premier ministre, le programme de relance de la croissance et de l’inflation, autrement dit les « Abenomics », reste en place. La victoire électorale devrait également ouvrir la voie à une reconduction de Haruhiko Kuroda à la présidence de la Banque du Japon, permettant ainsi une poursuite de la politique monétaire non conventionnelle. Une hausse de la taxe sur la consommation et de nouvelles mesures de soutien budgétaire sont susceptibles d’être annoncées. Dans l’ensemble, l’issue des élections a réduit les incertitudes politiques, ce qui a permis un rebond des actions et de la monnaie japonaises.

CHINE : LA CROISSANCE AU CENTRE DE L’ATTENTION ; LES CHANGEMENTS DE POLITIQUE DEVRAIENT INTERVENIR APRÈS LE CONGRÈS DU PARTI

L’autre événement politique important en Asie a été le 19e congrès du Parti communiste chinois. Dans son discours d’ouverture, le président Xi Jinping n’a fait mention d’aucun objectif de hausse du PIB, ce qui a conduit certains observateurs à se demander si la croissance économique ne constituait plus une priorité politique. Le président a mis l’accent sur l’amélioration de la qualité de la croissance plutôt que sur l’atteinte d’une cible de croissance. Il a confirmé l’objectif d’un doublement du PIB réel par habitant entre 2010 et 2020.

Notre équipe Macroéconomie nous a rappelé que le congrès ratifiait des changements au sein du personnel de l’État et non des changements de politique. Le schéma ci-dessus indique le calendrier des événements où des décisions concernant les politiques sont susceptibles d’être prises. En général, c’est lors de la troisième réunion plénière du congrès quinquennal que les détails des politiques et des réformes économiques sont annoncés. Par conséquent, les changements de politique qui pourraient intervenir avant cette réunion, tels qu’une réforme du taux de change (par ex. un éventuel élargissement de la bande de fluctuation du yuan face au dollar américain), un développement du marché offshore du renminbi et un plus large accès des investisseurs étrangers au marché onshore, découleront de décisions prises en amont du congrès actuel.

RÉUNION DE LA BCE : ANTICIPATION D’UNE RÉDUCTION DES ACHATS D’ACTIFS

La crise en Catalogne a détourné l’attention de la réunion de cette semaine de la BCE, au cours de laquelle le comité de politique monétaire devrait annoncer des changements concernant ses achats d’actifs l’an prochain. Notre équipe Macroéconomie anticipe que le comité prolongera le programme d’assouplissement quantitatif (« QE ») de neuf mois, tout en réduisant le montant des achats d’actifs mensuels à 25 milliards d’euros, et supprimera le biais accommodant de la politique. Elle ne prévoit pas que la BCE fixera une date précise pour la fin de son programme. Le comité pourrait tenter de camoufler le sensible ralentissement du rythme des achats nets en reportant l’attention sur celui des achats bruts qui intègrent les réinvestissements à mesure que les obligations déjà incluses dans le portefeuille de la banque centrale arrivent à échéance.

Nous anticipons que le comité utilisera un langage plus ferme dans ses indications concernant les conditions dans lesquelles une hausse des taux d’intérêt pourrait intervenir. En d’autres termes, nous pensons qu’il pourrait fournir de plus amples informations sur l’enchaînement des événements amenant à la sortie du programme d’assouplissement quantitatif. La BCE est déjà confrontée à un rétrécissement du gisement d’actifs éligibles à ses achats, ce qui justifie qu’elle les réduise, tout en allongeant la durée de son programme. Cette dernière initiative et les indications sur les taux d’intérêt seraient pour la banque centrale un moyen d’éviter un resserrement de facto des conditions monétaires. Si une réduction progressive du « QE » peut sembler justifiée sur fond de reprise économique de la zone euro, l’inflation reste nettement inférieure à l’objectif de la BCE (cf. graphique), et nous estimons que les perspectives ne plaident pas encore pour un durcissement de la politique monétaire.

ALLOCATION D’ACTIFS : FERMETURE DE LA SURPONDÉRATION DES PETITES CAPITALISATIONS AMÉRICAINES

Nous avons pris nos bénéfices sur notre position longue sur les petites capitalisations américaines face aux grandes. Cette décision a été essentiellement motivée par nos craintes que le train de mesures fiscales aux États-Unis se révèle en définitive moins favorable aux entreprises qu’anticipé initialement. En particulier, nous percevons un risque accru que l’accent soit placé sur la baisse de l’impôt sur les revenus des personnes physiques plutôt que sur celle de l’impôt sur les sociétés. Si tel était le cas, les petites capitalisations américaines seraient beaucoup moins avantagées.

Nous maintenons une sous-pondération de la duration, en particulier sur les obligations européennes. Si la BCE décide de nettement réduire la cadence de ses achats d’actifs (conformément à notre attente), les marchés obligataires européens pourraient subir des ventes massives, même si la durée du programme d’assouplissement quantitatif est allongée.

Achevé de rédiger le 23 octobre 2017

 

 

Sur le même sujet :

BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - AC diversification 1440x300
30 novembre 2017
Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire, Vues et tendances globales
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - Finance 4 1440x300
2 novembre 2017
Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire, Vues et tendances globales
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - Finance 4 1440x300
19 octobre 2017
Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire, Vues et tendances globales