L'asset manager d'un monde qui change
shutterstock_1420342433.jpg
  • Home
  • Allocation d’actifs à long terme : quelles perspectives après la pandémie ? (podcast)

Allocation d’actifs à long terme : quelles perspectives après la pandémie ? (podcast)

Blog, Coronavirus

Daniel MORRIS
 

La crise sans précédent provoquée par la pandémie de Covid-19 a ébranlé les allocateurs d'actifs. L'incertitude s'est accentuée et les perspectives de rendements des obligations et des actions sont désormais plus faibles pour une période plus longue (« lower for longer »), ce qui rend la quête de rendement d'autant plus cruciale pour les investisseurs.

Dans leur dernière mise à jour sur l’allocation d’actifs à plus long terme (Longer-term asset allocation), le stratégiste Senior Daniel Morris et Koye Somefun, responsable pour le pôle MAQS (Multi-Actifs, Quantitatif et Solutions) au sein de la recherche quantitative (Quant Research Group), présentent leurs perspectives pour le monde d’après la pandémie. Voici leurs principales conclusions.

Ce podcast fait partie d’une série destinée à présenter nos scénarios et stratégies d’investissement pendant la crise du Covid-19.


Pour uen analyse complète : Longer-term asset allocation views: What to expect after the Great Pandemic of 2020

Pour en savoir plus sur l’épidémie, ses conséquences économiques et leurs implications pour les marchés et les investisseurs, consultez nos points hebdomadaires. Pour plus d´informations sur nos stratégies ou politiques d´investissement, veuillez vous rapprocher de votre contact habituel.


 

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication, sont basées sur les informations disponibles et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Chaque équipe de gestion de portefeuille peut avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients.

La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent aussi bien diminuer qu’augmenter et il est possible que les investisseurs ne récupèrent pas leur mise de fonds initiale. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

L’investissement dans les marchés émergents, ou dans des secteurs spécialisés ou restreints, est susceptible d’être soumis à une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un degré élevé de concentration, d’une plus grande incertitude parce que moins d’informations sont disponibles, qu’il y a moins de liquidité ou en raison d’une plus grande sensibilité aux changements des conditions du marché (conditions sociales, politiques et économiques).

Certains marchés émergents offrent moins de sécurité que la majorité des marchés internationaux développés. C’est pourquoi les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis dans les marchés émergents peuvent présenter un risque plus important.

Sur le même sujet :